Publié le Laisser un commentaire

Les éditions Marmottons, et tous les autres

Les éditions Marmottons proposent de chouettes livres pour sensibiliser les enfants à la diversité, à la pleine conscience et à la bienveillance. C’est un des fournisseurs parmi d’autres d’un magasin qui regorge de surprises !

Il pleut comme vache qui pisse ! Et aujourd’hui, je me disais que le chaland se ferait rare.

Surprise ! A 10h pile, Marielle était devant la porte ! J’espère que sa petite fille aura grand plaisir à lire l’histoire “Plus vite, Eliott, nom d’une carotte !” Un livre plein d’humour et de tendresse revisitant la fable du lièvre et de la tortue dans une optique de pleine conscience. Auteures belges, imprimé en Belgique par une imprimerie labélisée “Imprim’vert”, je suis très heureuse de proposer les livres et livrets d’activités d’Eliott et de Jules le jardinier des #éditionsmarmottons.

Après sa visite, chaque minute fut différente :

Accueillir un couple venu me proposer ses draps en lin ancien “parce que vous saurez sûrement quoi en faire” et lui expliquer le concept du magasin et de l’atelier.

Recevoir le reste de ma commande de maroquinerie. J’ai maintenant toutes les tailles dans les 2 types de sandales !

– Rencontrer la dame qui a reçu le bon cadeau n°1 de Coccinelles et compagnie ;-). Elle a envie de l’utiliser dans les ateliers à venir, pour participer avec ses petits enfants. (Oui, oui, je propose des bons cadeau !)

Dire oui au premier stage qui aura lieu, le 18 juin, dans mon bel atelier. Nous ferons des cyanotypes ! Je vous en reparle très vite. J’espère qu’il y aura du soleil, parce qu’il est indispensable pour cette technique “un peu” photographique.

Accueillir la représentante d’une firme anversoise qui propose des sacs et accessoires en fibres recyclées. L’association pour laquelle elle travaille récolte les vêtements usagers dans les containers, et les trie. Ceux qui sont en bon état sont revendus en magasins de 2ème main depuis 35 ans. Mais, les vêtements de la fast fashion sont de moins en moins bonne qualité. Et dans les “bulles” à vêtements, ils ont maintenant plus de 35% de textiles non revendables. Ils ont donc cherché une solution pour les valoriser quand même. Après un tri par couleurs, les vêtements sont envoyés au Maroc pour y être déchiquetés, filés, tissés et cousus. Les produits sont beaux et le concept intéressant. J’ai cependant demandé des informations sur deux points :

quelles sont les conditions de travail et de rémunération dans l’entreprise marocaine ?

pourquoi doubler certains sacs par un tissu synthétique tout neuf ?

En fonction de ce qu’elle me répondra à la première question, je prendrai des sacs pour ordinateur et des sous-verres, les deux seuls produits qui n’ont pas de doublure synthétique neuve. Je ne veux pas d’un produit qui, pour recycler des vêtements, utilise du tissu en plastique fabriqué par nos esclaves asiatiques . Oui, je sais, c’est un peu radical, mais c’est comme ça !

Franchement, ce magasin, ça promet !

Là, je vais essayer de travailler encore un peu sur la boutique en ligne…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.